Par Syouin
Test Sac Salomon xa Advanced Skin 12
Modèle en vente sur : Irun ou UniversRunning ou Sportshop
Test = 300 km d’entrainement et Trail de la Ste victoire Au premier abord, le plus marquant c’est… son prix : 170€ Évidemment, c’est un investissement. Dès lors, plusieurs solutions s’imposent lorsque comme moi vous êtes un passioné: 1 : Faire hypothéquer votre maison, votre appartement, votre femme, vos enfants, la belle-mère. 2 : Une cagoule, un flingue, une paire de coui… et la banque du coin de la rue. 3 : Avoir une VO2max de 90 et se faire appeler Kilian Jornet. (Là, Salomon vous en filera un par entrainement.) 4 : Revendre sur le bon coin son ancien sac, son porte-bidon et la paire de chaussures achetée sur Private sportshop qui ne sont pas à la bonne taille, (Ce qui n'enlève en rien la qualité de ce site que je vous conseille pour de bonnes affaires.) Pour moi, adorant ma belle-mère, n’ayant qu’une petite paire de coui… et comme seul point commun avec Kilian, cette passion de la nature, j’ai opté pour la solution 4. A moi le petit dernier de chez Salomon, YES ! Au visuel, il faut avouer qu’il en jette. Noir et rouge et nouveau logo en blanc. Première approche : plein de poches et de compartiments qui s’ouvrent dans tous les sens et dont on ne comprend pas forcément l’utilité. Des sangles de réglage sur les épaules, sous les bras et des bouts d’élastiques qui pendent un peu tout autour. Puis, on creuse un peu : oh, un petit compartiment, discret, qui dissimule une couverture de survie. Sympa ! Oh, la poche à eau est dans un étui isotherme amovible. Pratique ! En plus, l’embout de la pipette peut se déconnecter en un rien de temps de la poche pour faciliter son remplissage ou son extraction. Un grand compartiment principal, pouvant être scindé en deux parties par un système de fermeture éclair, pouvant accueillir sans difficulté le nécessaire pour un ultra, goretex, pile, frontale, alimentation…etc. Puis un compartiment type « filet » en façade, bien pratique pour y glisser une carte, un petit coupe-vent ou une paire de gants, un buff. De chaque côté, sous les bras, deux espaces de rangement. L’un zippé, l’autre ouvert. Ils permettent de recevoir tout ce que vous souhaiterez y ranger sans avoir à ôter votre sac, barres énergétique, frontale, manchons, gants, frontale… etc. Un système de serrage et présent de chaque côté afin d’éviter le ballotement. Puis, les bretelles avant avec deux poches ajustables pouvant recevoir des bidons ou les flask salomon (très pratiques). Une pochette amovible, permettant de ranger en toute sécurité vos clés, votre téléphone ou du petit matériel. Puis plusieurs petits espaces dans lesquels vous glisserez vos barres et gels énergétiques. Ils seront rapidement à portée de mains sans le moindre effort. En pratique : RAS. Le sac répond à tous vos souhaits les plus fous. Une fois rempli à vos besoins, il s’ajuste grâce aux deux bretelles situées sur les épaules, afin de minimiser le ballotement et la tension pouvant être exercée au niveau de la nuque. La pipette (un peu trop longue à mon gout) peut être glissée par le haut ainsi que par le bas du sac pour une meilleure absorption. Grâce à ses nombreux compartiments ajustables, le sac, même rempli à son maximum, épouse rapidement votre corps pour se faire oublier, et cela, dans les montées escarpées, les descentes techniques, ou les relances rapides. Pour ma part, aucun frottement n’a été relevé. Le plus : Son système de maintien avant modulable. Deux élastiques de serrage, pouvant être ajustés et déclipsés en un clin d’œil. Dans les montées rapides, vous pourrez les défaire pour éviter cette sensation de compression et rapidement les remettre à votre convenance et selon l’évolution de votre rangement pour éviter les ballotements. Le système de fixation des bâtons : À première vue, incompréhensible. Puis, à l’utilisation, avec un peu d’entrainement, d’une incroyable facilité. Je vous en donne ici les différentes étapes : 1 - Desserrer l’élastique bas. Passer la pointe des bâtons à l’intérieur. Puis, de votre bras droit, faites pivoter les bâtons dans votre dos pour les ramener au-dessus de votre épaule droite. Photo 1. 2 – Entourer les bâtons de deux tours avec l’élastique situé sur la bretelle droite. Photo 2. 3 – Fixer le crochet de l’élastique sur le passant de la bretelle. Serrer l’élastique bas pour un meilleur maintien. Le moins : L’accès au compartiment situé sous les bras. Pratique en début de course. Puis de plus en plus difficile à utiliser au fil des heures où la fatigue s’installe. L’exercice de contorsion est alors pénible. Pour ma part, j’ai allongé d’un bout de cordon le zip des fermetures éclair. Photo 3. : En image ici : 1 2 3 Conclusion : Un sac bien conçu. Modulable, pour toutes les sorties et toutes les distances. Un petit bijou de technologie mûrement réfléchi.
Astuces Pratiques Rando Pédestres Art's Sauvages Nous contacter Liens Utiles La Tribu ? Raids-Expéditions Rando Hivernales Livre D'Or Tests Matos -NEWS--
-NEWS
Partager
Accueil Trails Running